dimanche 17 septembre 2017

La Clemenza de Currentzis

Comme à chaque fois chez Currentzis (voir ici), une proposition parfois hors sujet (les tempos dans l'ouverture....) mais toujours excitante et stimulante. Les meilleurs moments de cette Clemenza ont été de mon point de vue les extraits de la messe en ut - Kyrie et Qui tollis en particulier - tension continue, densité du choeur - (poils dressés....) et  la musique funèbre maçonnique K427 à la fin, même si elle et assombrit et dénature le sens de la fin de l'opéra.

Après réécoute, j'ajouterais à ma liste de 2011:

  • Le n°2, air de Vitellia qui va de la douceur et la séduction (flûtes et cordes, sol majeur) à la menace (Alletta ad ingannar). Hautement virtuose.
  • Le n°7: (seul) grand duo d'amour de l'opéra, en la majeur, Annio-Servilia. Musique purement apollinienne.
  • Le n°9, l'air de Sesto au 1er acte avec clarinette. Harnoncourt: "Il me semble que la clarinette représente la Vitellia idéale à laquelle Sextus obéit constamment. Elle l'entraîne au plus haut des aigüs, au plus bas des graves. Cela ressemble à la stratégie d'un hypnotiseur, que Vitellia soit fixée dans l'esprit de Sextus sous la forme d'une clarinette. L'hypnose totale par la clarinette". Immenses silences, vendredi soir, entre d'Oustrac et la clarinette.
  • Le trio n°10 à l'acte I: musique déchiquetée, prise à un tempo extrême par Currentzis (parfait pour satelliser les chanteurs)
  • Le trio n°14 à l'acte II: après le moment Sesto, on discute ici finement le pont, l'entrée de cette s****e de Vitellia, mais la fin de l'exposition - et de l'air - (avec les Vieni de Publius qui vient arrêter Sesto) est très marquante aussi. 
  • Le n°23, air de Vitellia au second acte. Faussement aimable, avec une excitation qui s'accumule par la virtuosité croissante des cordes et du cor de basset. Bon exemple de la complexité des sentiments dans cet opéra.

 

Posté par zvezdo à 19:23 - opéra - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 7 septembre 2017

La Création à la Philharmonie

Soirée glorieuse: les Berliner Philharmoniker (oh, les beaux pianissimi, oh les magnifiques bois), Rattle, Dreisig, Baesch et Padmore; last but not least, Korovitch et le choeur accentus. C'est la rentrée après 2 mois de purge complète (je ne suis pas assez fou pour aller écouter de la musique quand la température dépasse 25°C). C'est entendu, la Création c'est moins bien que les Saisons (c'est Rosen qui le dit, donc c'est vrai). Mais tout de même... quelques notes d'écoute:

n°1: oh les beaux pianissimi! Le chaos naît de l'absence d'articulation et des retards. Les accords-ponctuation, comme des rafales subites de vent. Les petits flux de sextolets organisent le monde. 

n°2: Un es war... [spoiler]. <insérer un cassage de voix redoutable pour le ténor, obligé de hurler dès sa première apparition>

n°6: Rollend in schäumenden Wellen. De la mer (ré mineur, gros rouleaux) au ruisseau (ré majeur, petits coulis)

n°13: Sublime lever de soleil. Le crescendo, cette invention capitale des classiques.

n°16 et 17: je suis fan depuis longtemps du 17 (les baleines, les cordes graves - avec les basses piquées chez Rattle, très bizarre) mais le 16 (avec oiseaux et roucoulades de la soprane) tient bien le choc aussi.

n°19: j'avoue un faible pour ce choeur concluant le 5ième jour (notamment à cause du crescendo sur un mi tenu par le choeur - terriblement efficace - et à cause des figurations fofolles de la soprane)

n°21: tout le le zoo y passe (mit Kontrafagott bitte)

n°24 (ténor): forme sonate mouvement lent (en deux volets), do majeur. Exposition: création de l'homme (en do) à l'image de Dieu (fuite vers la dominante, modulations acrobatiques et géniales comme le vieux Haydn savait y faire). Réexposition: création de la femme à l'image de l'homme: on est do majeur et on y reste, fini la mystique. Comme quoi vers 1780-1790, la forme sonate, ça sert autant pour une comédie de portes de placards qui claquent que pour la création de la femme à l'image de l'homme.

n°26 b: trio d'anges accompagné des bois seuls (maçonnique?) suivi d'une éclipse de la musique (Du nimmst den Odem weg, In Staub zerfallen sie).

n°28: le duo Adam/Eve avec choeur: les Champs Elysées (le jardin, pas l'avenue). Hymnique et beau comme du Gluck.

n°30: le 2ième duo Adam/Eve. Joie tellurique, malice de la musique (papagéniale).

n°31: récitatif du ténor qui announce la saison 2 (plus franchement mouvementée, à mettre en musique par un Mahler ou un Schönberg). Haydn coupe au moment où ça se gâte! (und es war gut)

Posté par zvezdo à 22:41 - concerts - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 28 janvier 2017

Schumann/ Gerhaher

Concert très intéressant, avec des cycles tardifs et du 1840 caché un peu partout.

3 chants opus 83 (1850): #1 Resignation (chomatismes tristanesques, scène de théâtre; un peu précieux comme du Wolf). #2 Die Blume der Ergebung (je n'ai retenu que les rimes toc de Rückert). #3 Der Einsiedler (l'ermite): choral un peu décoloré, musique zen thès Chants de l'aube; très beau.

5 (+1) Lieder opus 127. Les n°s 2, 3 (des recalés de Dichterliebe, Heine) et 5 (Shakespeare) sont de l'année 1840, et sont des chefs d'oeuvre. Le n°3 (Es leuchtet meine Liebe) est une histoire monstrueuse (un géant venu de nulle part vient détruire un couple). 

6 Gedichte (+1) opus90 (1850; Lenau). Le n° 2 (Meine Rose) et 4 (Die Sennin) ne sont pas mal.

3 Romances et Ballades opus 49 (1840). Avec Les Deux Grenadiers (Marseillaise et Empereur inside) et surtout Les Frères Ennemis (mouvement perpétuel au piano qui suit la lutte qui s'étend... sur des siècles)

 Le Liederkreis opus 24 qu'on ne présente plus (1840)

4 Chants opus 142. Le #2 et #4 sont du Heine 1840 Dichterliebe recalé. Le 4 (Mein Wagen rollet langsam): règne des retards, cahots des doubles croches sur le 3ième temps; étrangeté des épisodes centraux, tonalités éloignées, rythmique cassée. 

En bis: j'ai au moins retrouvé le #1, Warnung  opus 199 n°2. Texte bizarre, musique sublime (motif descendant unifiant au piano, indépendance du piano et de la voix, dit justement la notice du coffret DFK/ RSCH)

 

Posté par zvezdo à 12:45 - concerts - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 22 janvier 2017

Lohengrin à la Bastille

* Toujours et encore la même chose. Pas mon Wagner préféré, malgré les beaux choeurs, le talent pour les musiques d'ambiance (avec un excès de violons dans l'aigü). 

* Décidément, j'aime beaucoup cette scène 1 de l'acte II, qui annonce la Tétratogie (invocation des dieux teutons; stratégie de prise de contrôle à distance de l'ennemi en lui coupant une phalange; serment à l'unisson soudant un couple fatal). Et je suis fasciné par ces quelques mesures en éventail qui ouvrent cette séquence, montée des basses, descente des aigüs: un coup de ciseaux des Nornes, beau comme du Moussorgsky. 

* Evidemment, l'attente fiévreuse d'Elsa à l'acte I est un peu celle du spectateur: le MeilleurTénorDuMonde va-t-il nous honorer de sa présence? chantera-t-il bien comme il faut pour rejeter le MéchantMontéParSonOdieuseEpouse dans les ténèbres? Va-t-il retomber malade à force de se promener pieds nus? (pire, de barboter dans un pédiluve à peine chauffé....) On a bien quelques doutes, mais on est captivé comme jamais par l'aveu final, sublimement susurré à chacun d'entre nous, ses SpectateursExtasiés.

 

 

Posté par zvezdo à 18:44 - opéra - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 21 janvier 2017

Mahler 6 (LSO Rattle)

Toujours et encore la même splendeur.

Cette fois-ci avec l'Adagio avant le Scherzo (certains ont de bons arguments pour cela): cela permet une transition intéressante entre le Scherzo (qui se dissout) et le finale avec ce motif qui surgit, mais j'entends le Scherzo comme un double du 1er mouvement (notamment les tire-tire-tire des contrebasses.... une marche infernale), comme dans la Hammerklavier, et c'est problématique de les dissocier. 

Cette fois-ci avec 2 coups de marteau (dans le développement du finale) et pas 3 (rien au début de la coda). J'étais bien placé pour observer l'armada de percussionistes à l'oeuvre: clarines, marteaux, cymbales (3 dans le finale), grosse caisse (avec coups de latte sur la tranche, très sonore et mat - dans le Scherzo je crois). Et la porte ouverte pour faire entendre un cuivre en coulisse dans l'introduction du finale.

 

Posté par zvezdo à 22:06 - concerts - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 7 janvier 2017

Bruckner 2

En ut mineur. Je lis sur wikipedia qu'on a failli l'appeler symphonie des pauses, ce qui n'est pas très discriminant chez Bruckner.

Belle surprise: les deux premiers mouvements sont de purs chefs d'oeuvre, du grand Bruckner: larges séquences qui travaillent des petits bouts de discours simple, comme chez Haydn. Dans le 1er, mon passage fétiche est un moment d'accumulation (au-dessus d'un un rythme dactyle imperturbable qui survit à la bataille: ici autour de 4' et de 14'30") - et la coda: enchevêtrement incroyable de mètres (on respire très large). Dans le 2ième, le moment qui me fait fondre arrive très vite, après 0'50", après le début très charnu aux cordes graves, des pizz arrivent (un tictac de quintes) et le discours s'aère, s'orientant vers une conclusion très calme et souriante en la  bémol majeur.

Posté par zvezdo à 23:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

vendredi 30 décembre 2016

Vus en 2016

Le top 1 c'était Brooklyn Village, mais j'ai vu aussi: Big Short (saoulant comme mon collègue qui suit les ABS); L'étreinte du serpent, Mistress America (une unique bonne scène dans une villa); Oncle Bernard ((très mal) réalisé en 2001, très daté), Carol (Waterloo, Iowa, morne plaine le 1/1/53), Tangerine (Sin-Dee aime l'ouverture de Coriolan, bitch), Gang Bang (jambons de Bayonne), Anomalisa (ennuyeux, sur l'ennui), El Clan (le sacrifice de l'agneau star de rugby), Le trésor (creusons dans un jardin roumain), Ce sentiment de l'été (elle s'écroule, il traîne entre Berlin, Paris, Annecy et New-York; doux et délicatement palpitant); Spotlight (l'enquête du Boston Globe sur le silence de l'Eglise); Je ne suis pas un salaud (ben si), Ave Cesar, Les innocentes (le bébé abandonné dans la neige, comme dans Jenufa), The Assassin (mon premier HHH: bon tirage), Des nouvelles de la planète Mars, Merci patron, Brooklyn (rose et noir, Fanny à l'envers: c'est l'homme qui reste sédentaire et la femme qui change); C'est l'amour (un des pires Vecchiali), Zvizdan (traduit bizarrement par 'Soleil de plomb', 3 histoires d'amour déchirées par les guerres yougoslaves), Quand on a 17 ans (un bon Téchiné), La sociologue et l'ourson, Der Staat gegen Fritz Bauer (article 175 et à la chasse de Ricardo Klement), L'avenir (MHL, branlette norvégienne), Le fils de Joseph (très frais; me voilà réconcilié avec Green), Théo et Hugo sont dans un bateau (long et mou), Les habitants, A bigger splash, Cafe Society (un très bon Allen, grâce à Eisenberg/Stewart), Julieta, Ma loute, Mr Gaga, Diamant noir (Niels Schneider se ronge les ongles), Elle, Tout de suite maintenant (un Bonitzer pire que mauvais: prétentieux; et puis des gens en bureau individuel en banque d'investissement, ça n'existe plus depuis 30 ans mon coco), Love and Friendship, L'effet aquatique (très bon sur la piscine Maurice Thorez, des longeurs en Islande), Viva (perruques à Cuba; glauque à souhait); D'une famille à l'autre (moins bien qu'Une seconde mère, malgré l'étonnant acteur principal), Carmina, Florence Foster Jenkins (deux beaux chants du cygne), Poussières dans le vent (mais comment donc ai-je fait pour rater tous les HHH?), La chanson de l'éléphant (Dolan très bon acteur), Sur quel pied danser, Toni Erdmann (les parents, ces boulets), Rester vertical (les loups et l'agneau sacrifié), Fronteras, Frantz, Divines, Victoria (très bon Efira movie), Juste la fin du monde (juste pénible et pas mon Lagarce à moi), Brooklyn Village (une petite merveille, cf ceci), Le ciel attendra (avec Dounia Bouzar), Aquarius (Braga, les termites et le commercial beau comme un ange: plus mainstream que les précédents, plus puissant aussi), Captain Fantastic (Morgensen; comme Toni Erdmann, quoi faire de l'éducation qu'on a reçue), Apnée (trois queer en Corse), Le teckel (merveilleusement scatologique), Le client, I Daniel Blake, Le mystère Jérôme Bosch, Le petit locataire, Theeb (de puits en puits dans le désert arabe), La fille de Brest, Baccalauréat (un Mungiu sinistre au scénario trop chargé), Sausage party, Une semaine et un jour (plaisant éloge de l'immaturité), La prunelle de mes yeux (faux aveugles, ascenseurs et rebetiko, avec Bastien Bouillon), Manchester-by-the Sea (zéro rédemption), le ruisseau le pré vert et le doux visage (mélo égyptien; d'autres codes) (69)

Posté par zvezdo à 21:48 - cinéma - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Paradis et la Péri

Les plus belles Péris sont chez Dukas, c'est entendu, mais ce Paradis et la Péri gagne à une réécoute au calme. Musique souriante et lumineuse, en demi-teinte. Souffre un peu du syndrôme de Moïse et Aaron, quand le texte dit qu'il faut préférer C à A et B, mais la musique est plus éloquente pour A et B que C. Plus durchkomponiert qu'Elias (tout s'enchaîne de façon fluide). On retrouve ça et là les immenses qualités du compositeur de lieder (ce très étrange n°14 basé sur des retards, complètement schumannien, un Lied chanté par deux personnages successifs; ou ce choeur n°8 à accords qui sonnent comme des cloches sur fond de croches ininterrompues, figurant la résistance obstinée à la tyrannie). Belle inspiration mendelssohnienne du n°11, le choeur des génies du Nil. La ballade/ balade en drone au-dessus de la Syrie est magnifique ici chantée par Gehaher. Ouverture (sévère) et conclusion (à aigüs pigeonnants d'une Péri transfigurée) mémorables.

Posté par zvezdo à 21:47 - concerts - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 décembre 2016

Sancta Susanna

Il y avait bien quelque chose avant, mais j'ai oublié quoi. Dire qu'on aurait pu coupler ce Hindemith avec un Britten/ Henry James... *soupirs*.

Donc, Sancta Susanna (1921). Musique postromantique, encore tonale, décadente et imaginative (cf l'opus 11 n°4; me confirme dans mon préjugé favorable au jeune Hindemith, rien à voir avec les indigestes et néoclassiques Kammermusiken et autres Cardillac). Concis et violent. Au menu: Tremblements de mai. Très longue pédale mystique (avec fumigations de vents et clapotis de célesta au-dessus - l'odeur du lilas). Petit à petit, mib-ré-mib-sib envahit tout jusqu'au climax et l'exorcisme final. Bref, c'était très prenant et une belle surprise.

 

 

Posté par zvezdo à 18:00 - opéra - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

samedi 17 décembre 2016

c'était très bien cette exposition Beethoven #NOT

....mais il manquait mes deux tombeaux préférés de Beethoven (enfin, là où j'aime bien me balader, le dimanche):

1- cette séquence en la bémol majeur dans le 1er mouvement du concerto de Schumann (ici à 4'35''). Dialogue piano/ clarinette, dans une tonalité éloignée, calme. Bien sûr, c'est le thème de choral de hautbois du début (en la mineur) qui revient masqué; mais c'est surtout la sublime citation de l'air de Florestan (à 2'03'' ci-dessous). Ce moment suspendu, cette bulle euphorique, c'est la cellule de prison où Florestan/ Robert (aux cheveux artistement mal lavés, ci-dessous) va être sauvé par Clara/ clarinette/ Leonore. 

 

2- le finale de l'opus 60 de Brahms (à 24' ci-dessous). Citation presque encore littérale de Beethoven, du fameux sol-sol-sol-mib. C'est le violon qui fait les notes (sol-mib) et le piano le rythme - qui est très reconnaissable et va chauffer le discours, jusqu'à 24'59''- où la cellule rythmique envahit tout. C'est le ferment de la 5ième de Beethoven, mais c'est du aussi du très très grand Brahms.

 

Posté par zvezdo à 18:06 - musique blablas - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,