vendredi 27 juillet 2012

Lenk Grindelwald

Une traversée est-ouest reliant plusieurs vallées descendant vers le nord, vers l'Aare et le lac de Thoune. Devenant de plus en plus impressionnante au fur et à mesure que l'on approche du massif de la Jungfrau. Via:

  • Lenk/ le haut Simmental. Un vieux souvenir de vacances, 35 ans plus tôt (dans un chalet où des français impertinents avaient dessiné dans le livre d'or une râpe à fromage avec des pièces de monnaie tombant). Le cimetière protestant (le chaînon manquant entre nos cimetières et le cimetière juif de Prague). Les vaches du Simmental. Le distributeur automatique de fromage (avec la caisse accessible pour pouvoir se rendre la monnaie). Le cirque karstique et les Siebenbrunnen. La vallée d'Iffigensee (il faudra que je retrouve chez mes parents la photo de mon oncle cet été-là)

DSC_0011

  • Le Hahnenmoospass. Une montagne à vache fort aimable. Toute l'infrastructure qui couronne le col n'était pas là dans les années 70. Le bidule qui fait fureur ici est le modélisme.
  • Adelboden: le "Trottiland". Dès que nous entrons dans la vallée, nous sommes assaillis de trottinettes (qui sont montées en téléphérique). Un feu rouge à trottinettes (aux horaires du bus postal). Une voie pour les vélos, une pour les trottinettes, une pour les piétons. Adelboden est renommée pour sa source d'eau minérale, c'est une aimable bourgade étagée 50m au-dessus du torrent. Nous logeons à l'entrée de l'Engstligental, 50m au-dessus du torrent, mais de l'autre côté.

lenkgrindelwald 095

 

  • Le Bunderspitz: c'est un massif très visible de loin, avec deux cols accessibles au randonneur, vers 2400-2500m pour passer dans la vallée de Kandersteg. Celui que nous empruntons, le plus haut, me rappelle le col des Grangettes, une montée sans histoire donnant sur un à-pic peu engageant. Vue magnifique sur la balade du lendemain et les premiers sommets "sérieux " de l'Oberland. Descente d'Allmenalp par un téléphérique antédiluvien, comme accroché par une corde formant un angle très aigü avec la paroi. Il faut verrouiller soi-même la cabine et appeler la station d'en-bas pour qu'ils fassent descendre la cabine...
  • Kandersteg: une grosse station sur une ligne de train fréquentée, qui relie Spiez à Brig (via un tunnel qui traverse la ligne de partage des eaux Rhin-Rhône). Pleine d'anciennes splendeurs. Les Japonais adorent, apparemment. La densité de scouts est aussi assez inhabituelle, il y a un espèce de congrès mondial dans la vallée.
  • Le Hohtürli (la haute petite porte, 2778m). Magnifique montée, d'abord le long d'Oeschinensee, un lac canonique à sapins et eau turquoise, ensuite dans un alpage puis le long d'une moraine. Aucune difficulté de ce côté. De l'autre côté (vers le Kiental), c'est une autre affaire. Il y a en particulier un long escalier très raide (avec cordes pour s'assurer) sous une corniche d'où ont la mauvaise idée de choir quelques cailloux. L'un deux tombe très près d'une jeune femme qui monte, ce qui rend hystérique un touriste suédois. Du coup (et sur son conseil mal avisé), nous redescendons le corps face à la montagne (à l'envers, donc), ce qui est une très mauvaise idée car l'escalier est vraiment très long. Un peu plus bas, la vue est immense, portant au-delà du lac de Thoune. La descente dans le Kiental est interminable et nous faisons une halte dans une gargote où un gros chien noir a une furieuse envie de jouer avec tous les randonneurs venus se protéger de la pluie. Nuit à la pension Golderli, confort sommaire mais nourriture délicieuse et vue de rêve.

lenkgrindelwald 159

DSC_0044

 

  • Mürren. Journée plus calme, pendant laquelle nous ne faisons qu'un bout (aller retour à la Rotstockhütte depuis Mürren) de ce qui était prévu (Kiental-Mürren via la Sefinenfurgge; vu l'expérience du Hohtürli, aucune envie de recommencer à stresser). Impresssion paradisiaque de plateau d'Emparis: une balade sur un plateau très fleuri devant un paysage de glaciers, comme à portée de main.

lenkgrindelwald 249

  • Lauterbrunnen: le village dans le bas de la vallée en U, sur la ligne d'Interlaken. Les touristes chinois.
  • Dernière étape, l'une des plus courues: Wengen-Grindelwald. Devient impressionnant à partir de Wengenalp, d'où l'on revoit Sefinenfurgge. Le piquenique sous le bosquet, face au trio magnifique (Jungfrau, Mönch et Eiger). La cohue à la Grosse Scheidegg. Le ciel qui s'obscurcit en un rien de temps. La paroi de l'Eiger. L'hôtel et les touristes asiatiques (japonais et thaïlandais). Le temple dont la porte est à ouverture automatique (terrifiant)

Posté par zvezdo à 22:49 - en vadrouille - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :