jeudi 31 décembre 2015

Vus en 2015

Pas écrit sur mon blog cette année, mais vu 85 films:

Mon amie Victoria (le film de Civeyrac avec une petite noire), Queen and Country, Loin des hommes (western algérien avec Viggo Mortensen), Foxcatcher, The smell of us (du Clark qui pue), Phoenix (mélo magnifique où la reconnaissance passe par la musique), Pasolini, Les nouveaux sauvages, Snow Therapy (Strindberg fait du ski), Amour fou (Kleist se suicide), Mon fils (Eran Riklis), Les merveilles (exemple typique de film pour lequel la critique perd la tête), Toute première fois, Réalité (le king Dupieux), Le dernier loup, Hungry Hearts (Adam Driver sauve son fils affamé de sa mère Alba Rohrwacher), Citizenfour (Snowden santo subito), L'art de la fugue, Le cercle (les associations achriennes de Zurich), Imitation Game, Big Eyes, Anton Tchekhov 1890, A trois on y va (avec Félix Moatti), La Sapienza (Green minaude en jouant au chrétien d'Orient: pathétique), Un homme idéal, San Francisco 1985, Journal d'une femme de chambre, Histoire de Judas, Un taxi à Téhéran, Caprice, Jauja (Viggo Mortensen en Patagonie), Les Terrasses (un film algérien à sketches particulièrement sombre), La tête haute, Le labyrinthe du silence, La loi du marché, Trois souvenirs de ma jeunesse, L'ombre des femmes (un beau Garrel avec Clotilde Courau), Casa grande (la banlieue sud de Rio), Comme un avion (Podaydès au fil de l'eau), Los hongos, L'éveil d'Edoardo (le phymosis de Duduche à Pise-plage), Vice versa, Mustang, Stand (la condition gay en Russie, un film particulièrement pénible), Une seconde mère (avec Regina Casé, cette actrice carioca qui casse la baraque), When we were young, Que viva Eisenstein (me voilà réconcilié avec Greenaway), Les bêtises (mauvais, mais avec Jérémie Elkaim et Anne Alvaro), La Isla Minima, Aferim, Amnesia (Schroeder à Ibiza, personnel, passionant et raté), La famille Bélier, Whiplash (vu dans l'avion et à oublier), La femme au tableau, La belle saison (celui avec Izia H), La vanité (le Baier avec Carmen Maura), Natur Therapy (branlette norvégienne), Much loved, Songs My Brothers Taught Me (puissant), Fou d'amour (Ramos/Poupaud/Uruffe), Life (Dean et son photographe, bien et froid), Cemetery of Splendour (pas aimé, désolé), Les deux amis, Testament of Youth, Fatima, Sangue del mio Sangue (deux demi Bellocchio, dont un raté), Marguerite, Une jeunesse allemande, The Lobster, Dope (tchatche torride à LA, une scène de vomi déclenche l'hystérie dans la salle), Le bouton de nacre, L'homme irrationnel, Le fils de Saül, Les anarchistes (vu le 13/11 à la séance de 20h15), Francofonia (vu le 20/11 à la séance de 20h05), L'hermine, Mia Madre, Chant d'hiver (très mauvais Iosseliani hélas, toutefois mieux que la soirée électorale des régionales), Back Home (le film de Trier moins mauvais qu'attendu), 21 nuits avec Pattie, L'humour à mort (le film sur CH où presque aucun journaliste n'a voulu témoigner), Le grand jeu (Tarnac Boulin Battisti, chaque scène est impeccable mais l'ensemble chimérique), Le dernier jour d'Itzhak Rabin, A peine j'ouvre les yeux (unhappy end en Tunisie), Le pont des espions, Au-delà des montagnes (le JZK avec l'éternel retour du chien et des raviolis, un film prometteur pour 2016)

Posté par zvezdo à 23:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Pour en avoir vu plus d'un en commun : j'adore ta façon de les synthétiser en trois mots. (particulièrement Citizen four et À peine j'ouvre les yeux)

    Posté par gilda, vendredi 8 janvier 2016 à 11:28
  • Pfff ! ça donne le vertige...

    En 2015, j'ai vu (gros effort de mémoire...): Prima della Rivoluzione, The Fugitive ("Dieu est mort"), She wore a yellow ribbon, La Notte, Rocco et ses frères,Trois souvenirs de ma jeunesse, L'hermine, Miracle à Milan.

    ...je n'aurais pas cru qu'il y en avait tant ! (et j'en oublie bien un ou deux).

    Posté par guillaume, vendredi 8 janvier 2016 à 21:20
  • Oui, moi aussi, j'adore ton sens du résumé...
    J'ai failli mettre Réalité, que j'avais vraiment beaucoup aimé...
    Dommage pour l'Apichatpongounet et le Iosseliani, que je viens de revoir et que j'ai encore envie de défendre. (mais c'est la soirée electorale qui t'a mis de mauvaise humeur, non ?)..

    Posté par chori, dimanche 10 janvier 2016 à 11:00

Poster un commentaire