lundi 26 septembre 2016

Eliogabalo, de Cavalli

Etonné par les ruptures brutales du texte musical (dans l'ouverture par exemple). Intention de Cavalli, ou coupures brutales pour tenir la production dans un horaire décent? (comme le Castor du TCE?)

Retenons:

La chaconne d'Attilia à l'acte II. La promesse de mariage de Eliogabalo à Gemmira, toujours à l'acte II: descente impressionnante de plusieurs octaves; graves magnifiques de Fagioli. Les altérations à la Gesualdo dans les lamenti (c'était Eritea?). L'air d'Eliogabalo à l'acte III. Le quatuor final (musique suspendue, un peu comme le duo à la fin de Poppée). Les scènes de comédie avec la nourrice....L'opulence de l'orchestre: castagnettes, grosse caisse, trombones... 

Posté par zvezdo à 07:52 - opéra - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

jeudi 22 septembre 2016

Mahler 10 (première fois en vrai)

pour l'Adagio, ses 6 dièses à la clé, son moment de vérité: l'accord qui agglomère les notes, la trompette qui tient une note qui survit à l'accord.... la tension des cordes qui font redescendre la trompette, et tout est résolu. Fin décantée des notes étrangères, fa# majeur (presque) pur.

pour la rythmique (bulgare?) du II, avec ses changements de mesures permanent. Il n'y a ça nulle part ailleurs, chez Mahler, non?

pour la fin du IV avec ses enchaînements de bruits (schattenhaft, comme dans la 7ième)

pour l'introduction du finale, riante à souhait. Ces coups de grosse caisse tutta forza sont parfaits pour plomber l'ambiance (astuce) et empêcher les contrebassons de sortir de l'état d'ectoplasme.

Sentiments mitigés, en particulier dans le finale. J'ai du mal à croire - sait-on jamais - que Mahler aurait pu composer un pareil solo de flûte... et se convertir si vite à la musique américaine des années 40. 

Posté par zvezdo à 22:15 - concerts - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 4 septembre 2016

Bruckner / Mozart à la Philharmonie

Programme ut mineur/ mib majeur: 24ième concerto de Mozart et 4ième symphonie de Bruckner.

Gros Gänsehaut sur

- la coda du 1er mouvement de Mozart (12'58''): le piano déploie des doubles-croches comme des essuie-glaces, qui effacent ce qui reste de combat thématique, aux hautbois et aux bassons, sous l'oeil détaché des flûtes qui planent. On ne bouge plus de do, la messe est dite. Le programme dit joliment que la coda laisse l'idée initiale s'éloigner dans un flou poétique, comme un problème résolu et reporté à plus tard. C'est exactement ça et c'est sublime.

- la coda du 2nd mouvement (8'01''): là, c'est le tictac du basson, relayé par le piano pour conclure, qui est sublime (mécanique du temps qui passe?). Le reste de l'orchestre est un souple et moëlleux matelas rythmique. Un genre de moment parfait, qui s'évapore vite.

- côté Bruckner: à H dans le 1er mouvement (7'54"): au début du développement, dans une atmosphère de détente, les mécaniques déviantes lancées par les appels du cor: ce n'est pas les bons instruments qui répondent, et ils répondent à côté. 

Posté par zvezdo à 15:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,