lundi 19 avril 2010

Un week-end de fête (parce que le monde doit savoir)

Voilà... c'est fini. Cela a été un beau moment de cristallisation, à plusieurs titres: d'abord parce qu'un concert est toujours le moment où les musiciens se rendent le plus compte des beautés des partitions qu'ils jouent..., et aussi parce que c'était le premier concert d'orchestre de l'association (il ya un an, nous étions loin d'imaginer une pareille fête). Un beau moment que nous avons été heureux de partager avec les amis qui sont venus nous voir. Résumé (parce que le monde, oui, le monde, doit savoir)

Vendredi soir. C'est la générale, avec du public. Début de panique quand je vois, dans le public, une grande perche de prise de son vaciller. Ouf, il y a quelqu'un à quatre pattes qui maîtrise la situation. Paule a fait sauter les plombs avec toutes ses quiches: le buffet est très intime avec toutes ces bougies, c'est parfait pour un complot schubertien. Je suis fasciné par les couilles vertes en peluche qui trônent au premier plan de l'excellent buffet. C'est très très joli, évidemment, mais est-ce un machin pour déstresser? Ce n'est pas nécessaire, en tous cas ça donne une envie irrépressible d'aller palper. Côté musique, nous sommes encore timides (c'est affreux! j'entends toutes les notes que je joue), mais ça va venir.

Samedi. Je m'affaire à une tarte aux poires, en veillant à ce qu'elle soit bien cuite. Raccord à 18h30: il y a deux-trois passages à améliorer (tu m'étonnes). Dans la bio de Pierre (qui continue de me faire glousser, c'est malin), je me rends compte que Klari a coupé des passages cruciaux (par exemple Pierre a délaissé sur le tard les "superordinateurs et autres gadgets sans avenir pour le métier sérieux de violoniste" tout comme M. Hamel père ne s'était orienté vers la médecine qu'à l'âge de trente ans: une famille, donc, de vocations tardives). J'en vois quelques uns, surtout dans les premiers rangs, qui ont la fièvre des lampes. Moi, pas du tout.... je me repose aveuglément sur Djac (notamment dans le fuckin' larghetto). Juste avant de monter sur scène nous nous gavons de délicieux petits knackis, samossas et autres quichelettes made by Paule and Marie-Pierre. C'est qu'avec toutes ces notes.... ce n'est pas de refus, hein. Et nous veillons à ce que les vents n'en prennent pas (rapport aux (h)anches). Je sens B. (dont la maman, ce douloureux problème, est "flamboyante") d'humeur badine. Marc est un modèle de zénitude, c'est zénial. Aime-t-il les tulipes roses? Dans le largetto du Beethoven: comme c'est bon de se faire masser l'échine par les doux ronronnements des bassons (mesure 26). Pause: excellent pain d'épices aux écorces confites (par Ivan, à qui je demande la recette). Schubert: la liesse populaire est telle que nous reprenons le menuet et la sublime fin du sublime finale. C'est fini: il faut supprimer toute trace du culte de Marc K., et remettre l'autel à sa place.

Dimanche. La salle du complexe liturgique où nous sommes changés la veille est occupée par un gang de Philippins en adoration (il y a aussi une odeur de pizza, ça doit faire partie de l'exercice mystique; il y a aussi une musique très entraînante, tagalog et castagnettes; si on monte Carmen à Manille, on pensera à eux). Nous croyons bien faire en panachant chaises beigeasses et orangeasses, mais le Président est très chatouilleux sur les questions d'harmonie visuelle; ce sera du beigeasse pur et sans compromis, à l'image des Concerts gais. A l'entracte, mélange improbable de nageurs, de très très anciens du RSO, de blogostars et de mères. En bis, nous reprenons ce merveilleux moment du développement du finale, où le thème inquiet du début s'illumine en la majeur, au basson et au hautbois avant d'aller cavalcader ailleurs et changer de couleur. Vivement le deuxième concert gai.

lamajeur

Add1: le moment de vérité ici avec deux extraits du concert de samedi

Add2: Aussi: ici et .

Posté par zvezdo à 00:03 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :

samedi 17 avril 2010

Fermeture temporaire pour cause de concerts gais

Flyerrecto_s

(qui eux, sont ouverts à tous.... il faut venir, ne serait-ce que pour lire le programme - la notice biographique de notre soliste est rédigée dans un style alerte et précis (on dirait du klari), les notices musicologiques et le mot du président marquent une heureuse rupture avec l'ère *biiiiip*)

Flyerverso_s

 

 

(PS: on va essayer de ne pas jouer malencontreusement le 1er thème quand on en est au second, comme le fait le soliste pendant la cadence)

Posté par zvezdo à 10:41 - concerts - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 11 avril 2010

Une semaine muy, muy especial

"Twitter pour râler et se défouler, les blogs pour paraître de marbre (keep a stiff upper lip), FB pour la paranoïa". La prof de russe a trouvé que j'avais "une petite fluidité" (elle a dû faire otorhino dans une autre vie) et m'a demandé si "j'avais des problèmes professionnels en ce moment" (répondu que non). Croisé (mais pas affronté) un fantôme. Le retour du livre II (3 sur 18 et 272 sur 2200). Trois victimes inattendues de l'histoire grecque et une estive sur les bords de l'Adour. La coda la plus sinistre que l'on puisse imaginer à l'histoire de Katyn: un aréopage de représentants éminents de la nation polonaise (un gouverneur de banque centrale, tout un état-major, quelques évêques, le vainqueur à gauche des primaires pour la présidentielle et un président dont tout le monde croit de bon goût ici de dire que sa disparition n'est pas une grande perte) se tuent sur les lieux mêmes de l'endroit de l'assassinat de plusieurs milliers d'officiers de réserve polonais. Au cinéma: Les chaussons rouges (beaucoup dormi, mais les 20 dernières minutes sont sublimes (cri du coeur incident: guillaume mbr - à qui je dois d'avoir découvert ceci, reviens !)), Les invités de mon père et Tête de turc (deux films plutôt plus que moins réussis). Vu L et T, par petits bouts. Au théâtre:  Une mégère à peu près apprivoisée Splendid et sympathique et un méchant Molière où la bonne était mauvaise. Aux Concerts Gais: "ce blam ! chut! blam! chut! va vite se retrouver sur le web". Preums. 

Posté par zvezdo à 11:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

lundi 5 avril 2010

Le jeune Schubert, ça gratte


Quand j'écoute ceci du jeune Schubert (quatuor D68) avec ses répétitions obsédantes et son inquiétant mouvement perpétuel, je pense au jeune Lubitsch et sa peinture sans fard des manies les plus irrépressibles (cf ci-dessous). Dans les deux cas, sans mauvais jeu de mot, ça gratte, et jusqu'au sang.

Posté par zvezdo à 11:27 - musique blablas - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 4 avril 2010

RER, de Besset au théâtre de la Tempête

C'est de l'histoire de Marie-Léonie L., mais aussi de Tawana Brawley, dont Besset se souvient avec cette pièce. Une pièce qui ressemble finalement assez peu au film de Téchiné: la jeune fabulatrice de Besset est franchement timbrée (elle se voit à l'Eden Roc avec un couple d'amis anglais, un certain Charles et une certaine Camilla) et sa mère (Andrea Ferreol herself) est plus gratinée que l'était Deneuve chez Téchiné (si c'est possible). Ce qui est réussi, c'est le jeu sur les apparences (cette Juive qui ne l'est pas, cet ingénieur français qui fait l'éloge de l'exportation des platanes) et le fil rouge des contingences (ce qui arrive et ce que l'on attend). Il y a des facilités dans cette pièce (les petites tirades complaisantes contre le parking de la MC 93, le couplet attendu sur les littéraires et les scientifiques....) qui est moins personnelle que l'opus précédent mais globalement, ça fonctionne bien, et c'est un très bon moment de théâtre (avec son complément obligé, important pour titiller l'imaginaire, ligne 1 jusqu'au  terminus puis navette à travers les bois pour la Cartoucherie)

R

Posté par zvezdo à 12:23 - spectacles - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

samedi 3 avril 2010

Siddharta à l'Opéra-Bastille

Impression d'être passé à côté de ce ballet. (A quoi bon écrire ici, alors? pour laisser une trace et laisser une chance à des commentaires plus intelligents....) Une seule recommandation: mieux vaut avoir lu quelque chose sur le spectacle avant d'y aller, car l'histoire est assez peu lisible. Quelques belles images restent en tête après le spectacle, comme la scène entre Siddharta et l'Eveil, qui, se balançant en hauteur, ne se "ne se laisse pas approcher" (effectivement.... c'est le cas aussi pour le spectateur); ou la scène avec les deux hommes sur un immense chariot en mouvement. L'impression générale est celle d'un ballet néo-classique, très découpé, magnifiquement dansé, mais laissant un peu froid. La musique de Montovani sonne très bien (solos instrumentaux -guitare électrique entre autres - se détachant sur un tapis moëlleux et chatoyant, quelques passages sucrés pour rappeler qu'on est en Inde, d'autres passages percussifs pour accompagner les forces de Mâra) mais ne laisse pas un souvenir impérissable.

Aussi: ici, ici, et ici pour les photos.

Posté par zvezdo à 12:29 - spectacles - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 28 mars 2010

En bref

  • La crise du la#, à la mesure 48 du larghetto (en haut de la page 40 sur le lien): le soliste est bien seul pour affronter cette crise terrible, mais les cordes sont là pour l'entourer, avant et après, avec sollicitude. La crise du do bécarre, encore plus abominable, elle, quelques mesures plus loin, nécessite une intervention analogue, mais des vents; à chacun sa spécialité thérapeutique.
  • Au cinéma, deux massacres en famille:

19202927_w560_h560_q80

  1. Les poings dans les poches, de Bellocchio (très bonne dernière heure; Lou Castel jeune qui ressemble à Brando; l'Italie du Nord qui ressemble à l'Autriche; la fin avec la crise d'épilepsie sur la musique de la Traviata; la musique d'Ennio Morricone qui ressemble à du Boulez); 
  2. White Material, le film de Claire Denis que j'ai trouvé très bon (Huppert encore à la tête d'une plantation, mais ici c'est plutôt En attendant les barbares; très bonne musique et Jacques Chirac au générique.) 

19242798

Posté par zvezdo à 23:01 - cinéma - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 mars 2010

On est fiers de lui. C'est vrai que c'est très difficile d'écrire en cyrilliques minuscules, surtout quand on est gaucher.

24healthspan2_cnd_articleLarge__1_

 


Posté par zvezdo à 19:40 - soyons chafouins - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 23 mars 2010

Rien, jamais, bien sûr, mais:

Je réapprends à écrire: je retrouve l'enthousiasme juvénile de mes six ans, je m'applique à régler la hauteur des jambages, je guette l'enchaînement des signes, j'ai la joie des découvertes.... Oui il faudrait peut-être que je me mette à la mescaline (où à l'intraveineuse de jus de betterave) parce que pour l'instant, ça ne reste jamais très droit, ça a une furieuse tendance à l'envolée et le résultat final n'est pas toujours très explicite:

rrrrrusski_003

Par moment je trouve le mot juste:

rrrrrusski_002

Quoi d'autre? Ah oui, ce week-end nous avons eu le mal de mer le menu plaisir de déchiffrer une sublime et bordélique pavane de Purcell (Z752, sol mineur, à 4). Dans le livret de mon CD il est écrit que si cette pavane est moins irrégulière que les autres (elle est constituée de 3 phrases de 12 mesures) l'auditeur "peut vérifier l'absence de phrases de quatre mesures, ce qui déconcerterait un couple vieux jeu sachant encore danser la pavane". Merci, merci infiniment monsieur Purcell de nous avoir donnés l'arme définitive contre les couples vieux jeu sachant se pavaner.

Posté par zvezdo à 20:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

dimanche 21 mars 2010

Ce matin, G s'est pris deux oeufs avec du pain

oeufs

Posté par zvezdo à 11:20 - soyons chafouins - Commentaires [0] - Permalien [#]